Mon retour aux études

lundi 5 novembre 2018


Le 28 octobre 2018, plus de deux ans et demi après mon dernier cours à Londres, j’ai décidé de retourner sur les bancs de l’école, cette fois-ci à Madrid. J’avais toujours eu en tête de reprendre mes études un jour, je ne savais juste pas quand et même si je ne pensais pas que ça arriverait si vite, aujourd’hui l’occasion est opportune.  

Pourquoi avais-je décidé d’arrêter mes études ?
A la suite de mon stage de fin de Master 1, l’entreprise dans laquelle j’évoluais m’a proposé un emploi. C’était trop simple pour refuser. En plus de cela, j’avais déjà en tête en commençant mon M1 que je ne ferai pas de M2. Deux raisons à cela : le master que je faisais était une classe double niveau M1/M2 donc je ne voyais pas l’intérêt de faire deux années de suite la même chose et après avoir couvert de larges sujets pendant ces 4 années, je ne savais pas quel domaine je souhaitais approfondir et étudier en cinquième année. A défaut de faire un M2 pour faire un M2 sans spécialité qui m’intéresse, je m’étais convaincue de prendre un petit peu de temps pour engranger de l’expérience. 

Pourquoi vouloir faire un M2 alors que j’avais trouvé ma place dans le monde du travail ?
Parée avec mon M1 en poche, j’ai travaillé pendant deux ans dans des entreprises où mon diplôme n’a jamais manqué car j’ai pu prouver mes compétences et mon savoir-faire dans le monde professionnel néanmoins en discutant ici et là avec des recruteurs et des managers, j’ai souvent été confronté au fait qu’à expérience et profil équivalent, ce sera la personne qui aura le plus de diplômes qui sera avantagée. Cet argument correspond très bien au monde du travail français où on valorise davantage le nom sur un bout de papier et que les compétences et l’expérience des salariés. Pour ne pas que ce manque de diplôme soit un frein dans ma carrière, dans mon évolution professionnelle et même dans mon salaire (soyons honnête), je savais que j’allais entreprendre un M2. Je ne savais pas encore quand, comment et dans quelle discipline.

Pourquoi commencer mon M2 si tôt après la fin de mes études ?
Plusieurs circonstances m’ont convaincu en avril dernier d’entreprendre les démarches pour me lancer dans le MBA que je poursuis actuellement. La première raison est qu’à date j’ai déjà 4 ans d’expérience dans la communication auprès d’événements et d’entités sportives et que même si j’adore mon métier, les missions et les projets que je mène, aujourd’hui j’en connais plus sur le business dans lequel j’évolue que quand j’ai commencé mes études et que j’y ai découvert d’autres métiers et d’autres missions qui m’intéressent. Je ne souhaite pas arrêter la communication, juste ajouter une nouvelle corde à mon arc pour pouvoir exercer d’autres professions qui m’intéressent, rebondir si besoin. Je pense que ce recul, on peut l’avoir qu’une fois qu’on évolue dans le secteur d’activité que nous visions. C’est l’expérience qui nous permet de mieux avancer et aujourd’hui, si de plus en plus de personnes s’engagent dans des reconversions professionnelles c’est parce que je pense elles n’ont pas eu la chance de se demander ce qu’elles souhaitaient vraiment faire. Faire des études pour faire des études, j’ai décidé de dire « non » et mes parents m’ont fait confiance. Je pense qu’aujourd’hui, j’appréhende beaucoup mieux cette nouvelle année scolaire en connaissant la réalité du business dans lequel j’évolue et que ça ne peut être qu’un atout pour m’épanouir dans mes études. La seconde raison c’est que je suis au chômage (mais je le vis bien promis). Après six mois de mission pour un événement sportif, j’ai arrêté mon travail début octobre ce qui correspondait au début de ma nouvelle année scolaire et j’ai souhaité m’accorder le temps de prendre mes marques avant de reprendre une activité. J’ai choisi une formation qui me permet de travailler à côté et j’envisage de me retrouver un poste pour début 2019 mais d’abord de relancer la machine et de me consacrer un petit peu à moi. La troisième raison rejoint la première, maintenant que je connais mon secteur d’activité, je sais quelles disciplines je souhaite approfondir et quelles matières étudier. J’ai ainsi décidé de poursuivre un MBA pour avoir une vision plus business, économique et administrative de mon secteur et ainsi avoir une road map plus globale. Je sais qu’en entreprenant ce MBA je vais développer de nouvelles compétences et acquérir de nouvelles connaissances. En choisissant également de rejoindre une université espagnole, je cherche un autre savoir-faire, une autre culture et des études de cas qui me poussent à davantage de réflexions que si j’avais poursuivi cette formation en France.

Est-ce que je recommande de prendre un break dans ses études ?
OUI, OUI et encore OUI. Je sais que beaucoup d’écoles proposent maintenant des années de césure pendant lesquelles il est possible de faire deux stages de 6 mois mais je ne recommande pas cette option. Globalement, je ne recommande pas d’arrêter ses études pour être « stagiaire » même si ceux-ci ont de plus en plus de responsabilités aujourd’hui et que les entreprises leur en demandent autant qu’à des employés en CDD et CDI. Je recommande vraiment d’aller travailler en tant qu’employé, de pousser les portes car être le « stagiaire » ferme la voie et l’accès à certaines missions qui sont ce qui vous formeront. Jamais en stage je n’aurai eu à gérer des crises, gérer les budgets que j’avais, avoir le lead sur les projets de mes comptes clients… L’autonomie qu’on a, les merdes aussi malheureusement, quand on est employé est ce qui nous permettra de mieux appréhender le retour aux études, la recherche de solution et l’efficacité. Si on a toujours pu se reposer sur quelqu’un, je ne pense pas qu’on appréhende ce retour aux études et cette quête de nouvelles compétences de la même manière. Je sais que ce n’est pas facile, que les entreprises n’embauchent pas facilement mais en start-up et dans les petites agences, je vous assure que pousser les portes vous sera bénéfique. 

Comment j’appréhende cette nouvelle année ?
Si vous me suivez sur Instagram alors vous avez pu voir dans mes stories que cette nouvelle année est synonyme de doute pour moi. Je me pose beaucoup de questions : est-ce que j’ai choisi la bonne formation ? est-ce que je suis vraiment prête ? ne me suis-je pas lancée dans un projet trop ambitieux ? vais-je réussir à suivre le rythme ?... En effet, je n’ai pas seulement décidé de reprendre mes études, je reprends mes études à distance, en anglais et en choisissant de reprendre une activité professionnelle à côté. Cela fait beaucoup de facteurs à prendre en compte et moi, du haut de mes 24 ans fraîchement atteint, je me dis que c’est peut-être trop audacieux, que je n’ai pas encore la maturité nécessaire. Après quelques semaines et mon organisation installée, je pourrais davantage y voir clair mais en effet, aux premiers abords c’est effrayant et déstabilisant. En replongeant dans quelque chose qu’on a mis de côté pendant presque trois ans, on se demande forcément si on sera à la hauteur. 

Me revoilà donc sur le chemin de l’école avec des webinar, des devoirs et des travaux de groupe à réaliser. Je me suis jetée à l’eau, je suis sortie de ma zone de confort alors que personne ne me le demandait expressément et nous verrons le résultat au mois de juillet.
Si cela vous intéresse, je pourrai faire des update de mon organisation et de mon état d’esprit tous les trois mois afin qu’on partage un petit bout de mon année scolaire ensemble et ainsi peut-être convaincre (ou non) des personnes de prendre une pause ou se relancer au travers de mon expérience. Si vous souhaitez en savoir plus sur ma formation, feel free aussi (bon ça parle encore de sport comme l'en témoigne la photo illustrative de cet article).

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Copyright © 2017 Vis en rousse
Web Savvy Designs. Out of the FlyBird's Box.