Mon premier match de rugby en France

mardi 27 novembre 2018


A l’heure où le rugby français est en pleine déroute, j’ai, pour la première fois, assisté à un match de rugby en France. La vérité c’est que je ne regarde pas le rugby, ni le XV France ni le top 14, mais ma curiosité et ma passion pour les événements sportifs m’ont poussé à me dire « vas-y Romane, va voir à quoi ressemble le Stade de France quand ce n’est pas pour un match de foot ou un concert ». Alors on a pris des places pour le premier match de Novembre, celui contre l’Afrique du Sud. Je débarquais en terre inconnue puisque la seule fois où j’ai vu le XV de France c’est face à la Roumanie, un soir de septembre 2015, à l’Olympic Stadium de Londres lors de la dernière Coupe du Monde. Je ne vais pas vous cacher que la Roumanie ce n’est pas trop trop le pays du rugby alors l’histoire avait été vite réglée. Face à l’Afrique du Sud je n’avais donc pas d’attente si ce n’est de vivre une expérience… nouvelle.

Halte là, je ne vais pas vous parler de l’expérience sportive. Bien que j’adorerai vous parler de maîtrise du jeu, essais et mêlées, je n’ai pas du tout la prétention de pouvoir faire une phrase sur ce sujet en parlant de rugby. Je comprends les règles et c’est déjà pas mal alors je laisse ça à d’autres qui en parlent mieux que moi. En plus de ça, je ne connaissais pas un joueur sud-africain et j’ai compris à la fin qu’il y avait deux surfeurs aux cheveux longs blonds et non un comme je l’ai imaginé tout le long… Par contre, là où j’ai des choses à dire c’est sur l’expérience événementielle, en tribune et en dehors. 

Sans grande surprise le rugby est un sport un peu plus familial et inter-génération que le football. Je veux dire par là qu’alors que tu vas plus souvent voir du football entre amis, j’ai l’impression, et au vu des personnes dans les tribunes je ne pense pas me tromper, qu’on va voir du rugby en famille avec le grand-père et les cousins. Bon point, l’ambiance en est tout aussi conviviale.
Là où par contre l’ambiance est mauvaise, c’est l’animation des tribunes. Peut-être que je n’ai pas été voir le bon match, peut-être que le stade était vide mais l’expérience de mon 10 novembre au soir était bien différente de celle du 20 novembre. Je ne sais pas s’il existe un groupe de supporters du XV de France mais en tout cas aucun soutien est leadé dans les tribunes. Des petits groupes se forment ici et là pour chanter, sauter, encourager, lancer la fanfare mais aucun soutien massif et durable n’en ressort. Mine de rien, cela a un fort impact sur l’expérience du spectateur au stade qui finalement n’est pris dans aucune ferveur… Ma chance à moi fut que j’avais un monsieur derrière moi qui était prêt à finir aphone le lendemain pour faire du bruit mais à certains endroits du stade, je me suis dit que tu devais bailler d’ennui. 


Autre réflexion que je me suis faite durant ce match c’est que si tu ressors du stade et que tu ne sais pas que GMF, BMW, Orange et Société Générale sont partenaires de la FFR, c’est que tu es aveugle. La visibilité des partenaires est, excusez-moi du terme, monstrueuse. Entre GMF et BMW qui sont la panneautique du bord des tribunes, plus l’habillage des pieds des drapeaux en orange et le BMW en gros au milieu du terrain, c’est plus brandé que brandé. On complète la page publicitaire avec Orange et la Société Générale sur la pelouse au niveau des buts (c’est bien comme ça qu’on dit aussi ?) et c’est aussi efficace que 15 secondes avant le JT de 20h. A côté de ça, quand je vais voir du football c’est à peine si je retiens que PMU a été cité par le speaker et le nom de la marque qui signe l’opération mi-temps.

Bon sinon bien sûr, la bière est toujours sans alcool et il y a toujours autant de monde dans le RER B à la sortie du stade mais il faut bien qu’il y ait des choses qui ne changent pas.
Je retournerai voir du rugby mais sûrement pas tout de suite le XV de France… C’est comme quand on teste une recette expérimentale d’un gâteau au chocolat par exemple, il faut lui laisser le temps de murir, de pratiquer, avant de revenir lui donner sa chance. Malgré tout, ça ne nous empêche pas de manger d’autres gâteaux au chocolat et mon autre gâteau au chocolat pourrait bien s’appeler Racing 92 ou Stade Français.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Copyright © 2017 Vis en rousse
Web Savvy Designs. Out of the FlyBird's Box.