2 étoiles et 4 mercis

lundi 16 juillet 2018


Chère Equipe de France 2018, après plus de 24h de fête je crois que je commence à réaliser. Doucement certes mais la fierté d’excuser toutes mes erreurs, mes retards, mes blagues pas drôle sous prétexte qu’on est Champions du Monde est bien là alors à présent, je souhaite t’adresser quatre fois merci.

Quatre comme le nombre de buts que tu as inscrit dans cette finale face à la Croatie. Et même si la FIFA n’accordera qu’un but à Antoine Griezmann, dans mon cœur, il en a inscrit deux. 

Un premier merci pour ce mois que nous venons de vivre à tes côtés ou à distance. Un mois riche en émotions, en suspens (et oui, n’oublions pas que c’est aussi à toi qu’on doit le seul 0-0 de la compétition), en douche de bières, en exclamations de joie, en klaxons intempestifs, en drapeaux bleu-blanc-rouge qui se transforment tantôt en drapeau des Pays-Bas quand on inverse le sens après le troisième verre… Merci pour un mois de plus, nous avoir fait espérer.

Un deuxième merci pour nous avoir rassemblé sur la plus belle avenue du monde ce 15 juillet 2018. Des rassemblements comme celui-ci, je n’en ai connu qu’un, c’était cette marche de janvier après les tristes attentats notamment de Charlie Hebdo. L’ambiance était loin d’être aussi joyeuse que dimanche soir. Il y avait tout autant de drapeaux c’est vrai et on entonnait la marseillaise de temps en temps mais, bien que ce soit un rassemblement d’unité, ce n’était pas un rassemblement de joie. Grâce à toi Equipe de France, j’ai convergé vers la place de la deuxième étoile avec des milliers d’inconnus avec qui je n’ai rien en commun sauf de t’aimer et de te soutenir très fort. 

Un troisième merci pour cette frustration de 1998 que tu effaces. Je suis de cette génération qui était née mais qui est bien trop jeune pour dire qu’elle se souvient de ce qui s’est passé. Cela faisait 20 ans que je ruminais dans mon coin, jalouse des souvenirs des autres, envieuse de la joie que tu leur avais procuré. Je n’ai toujours pas de souvenirs de 1998 mais j’ai ceux de 2018 et même si c’est deux équipes, deux époques, 23 joueurs complément différents, j’ai le sentiment de mieux comprendre tout ce qu’on me conte depuis 20 ans.

Et enfin, un quatrième merci pour toutes les valeurs que tu représentes. Le temps d’un mois tu as effacé l’image de l’équipe de millionnaires capricieux, aux coupes de cheveux douteuses, aux égos surdimensionnés pour montrer qu’avant tout, tu étais fière d’être français. Tu as appris de tes erreurs du passé, tu t’es endurcie, tu as représenté toutes les couleurs de la France, son héritage, sa volonté et sa détermination. Tu as montré au monde que les français ne lâchaient rien et qu’en 2020, en 2021 et en 2022, il faudra compter sur nous. Tu as créé un groupe, une unité. Tu as fait taire ce qui ne croyaient pas en toi, qui préféraient Lionel Messi ou Eden Hazard. Tu nous as rendu fière. Tu as converti ceux qui avaient encore en tête Knysna. Tu as soulevé mes copines de leur canapé pour leur faire vivre ce que je vis à chacune de tes apparitions. Tu as fait regarder un match de football à ma grand-mère pendant 90 minutes, 8 ans que ce n’était pas arrivé. Tu as conquis cette deuxième étoile.

Alors à toi Equipe de France, aux joueurs sur le terrain, au staff sur le banc, à toute la logistique et l’accompagnement de la fédération, MERCI. 
Passe de bonnes vacances, prend le soleil mais n’oublie pas l’indice 50.
On se retrouve très bientôt pour cette première Ligue des Nations.
Les français t’embrassent et moi aussi.

Romane


1 commentaire :

Copyright © 2017 Vis en rousse
Web Savvy Designs. Out of the FlyBird's Box.