Virer les VIP des carrés VIP

jeudi 5 avril 2018


En ce jour de pause entre la Champions League et la reprise de la Ligue 1 Conforama avec un alléchant ASSE – PSG demain soir, je souhaite vous partager un constat qui devrait devenir une réforme : virer les VIP des espaces VIP. Dis comme cela, vous pouvez bien évidemment trouver ce ton quelque peu agressif mais après ma démonstration faite, vous comprendrez mieux où je veux venir.

Le week-end dernier, Bordeaux était tout simplement « the place to be ». Jour de finale de la Coupe de la Ligue, une coupe qu’on aime et qu’on déteste en même temps. Elle fait gagner de l’argent aux clubs, France TV a des droits de diffusion et fait de l’audience mais en même c’est une compétition en plus à caser dans un emploi du temps chargé, encore pire quand il y a des reports à cause du mauvais temps. Bien ce que je disais, on aime et on déteste.

Revenons en à Bordeaux. J’étais très contente de découvrir ce Matmut Atlantique pratiquement flambant neuf. De loin, on ne voit que lui et son millier de colonnes. Il est propre et scintille sous les rayons du soleil comme un diamant. En terme d’accessibilité, je lui donne un 10. C’est plutôt son carré 1881 VIP qui m’a déçu et pour vous expliquer les raisons, reprenons la méthodologie très simple d’un dîner presque parfait. Commençons par le buffet pas très diversifié en terme de choix, avec des huitres (bon d’accord c’est local mais c’est encore moins pratique à manger que des knacks à Strasbourg), un seul choix de plat chaud (je veux dire, vous n’aimez pas le poisson on fait comment ?) et sans parler du fait que le bar a fermé à 20h40 pour que les gens assistent au spectacle. Oui enfin quand je demande un verre d’eau , si je peux éviter de devoir aller boire aux toilettes ça m’arrange chers messieurs. Au prix de la prestation, cela ne devrait pas être compliqué de servir un verre de Vittel. Autant vous dire que même si le peu de choses qu’il y avait était délicieux, on reverra le côté pratique du cocktail. Cuisine : 7, mais ce n’est pas le pire.

Si vous ne me connaissez pas bien encore il faut savoir que j’adore passer des matchs debouts, à chanter, à crier contre l’arbitre, crier contre les joueurs. Bref, restez assise sur mon siège pendant 90 minutes, ce n’est pas possible. Pourtant qui aurait cru que cette attitude, dans un stade de football où on vient encourager une équipe, ne soit pas compatible avec l’espace 1881 ? C’est à vous dire que j’étais cernée de chaque côté par des adultes, moi-même je fus étonnée de voir si peu d’enfants, assis confortablement sur leurs sièges, auxquels ils manquaient un plaid sur les genoux et je pense qu’ils n’auraient pas dit non à une petite tisane. Quand vous vous levez on vous demande poliment de vous rasseoir. Quand vous osez exprimer votre mécontentement, on vous dit gentiment « mais mademoiselle ce n’est que du football » (oui du con, c’est pour ça qu’on est là ce soir). Quand vous agitez un drapeau, on vous reprend avec beaucoup d’amabilité pour vous demander de poser votre drapeau. Un long instant, je me suis demandée si je n’étais pas dans les tribunes de Roland Garros plutôt que dans les tribunes d’un match de football.

N’allez pas comprendre ici que je suis contre ces espaces VIP qui apportent un très grand confort et qui permettent de passer un agréable moment, de se restaurer plus convenablement que le kabab de la friterie de chez Momo ou encore de faire ses opérations de relations publiques mais je suis plutôt contre ces personnes qui sous prétexte qu’elles ont été invitées en tant que « VIP » se comporte comme des cons finis. Parce que si vous n’aimez pas le football, laissez votre place à quelqu’un d’autre. Parce que si vous êtes juste là pour le business, tant mieux pour vous mais laissez les autres vivre ce qu’est vraiment « l’expérience match de football ». Parce que si vous voulez seulement vous montrer, prenez une photo pour instagram et repartez. Sérieusement, ce n’est pas parce qu’on se situe dans un espace de standing qu’on doit changer de comportement. Un fan de football reste un fan de football, qui chante, qui se lève, qui crie, qui insulte (un petit peu) mais à croire que d’entrer dans cet espace sacré doit vous inhiber de toute émotion footballistique.


Et puis entre nous, si tu es dans l’espace 1881 c’est que tu es un faux VIP parce que les vrais sont en face, invités par la Ligue alors mes petits messieurs, redescendez d’un étage, criez contre l’arbitrage vidéo, levez vous de vos sièges quand il y a faute et vous verrez, vous vous amuserez comme un vrai fan de football. Bisous.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Copyright © 2017 Vis en rousse
Web Savvy Designs. Out of the FlyBird's Box.